J’ai voulu tester la classe flexible.

Pour limiter le coup financier, j’ai fait un appel au don. J’ai donc pu récupérer des tables basses, des tourets (que l’on a rhabillé en découvrant le métier de tapissier), des tapis (permet de voir le détachage en entretien des locaux), des banquettes, des chambres à air…

Nous faisons aussi cours dehors dès que possible (avec des tableaux blancs sur roulette tout est possible).

Bilan : les élèves sont plus concentrés et plus investis dans leur travail et apprécient le fait de ne pas devoir être assis sur une chaise sans bouger.

. . .

Consulter l’article d’origine